Vestiges sous-marins au large du Japon et le retour du légen

Aller en bas

Vestiges sous-marins au large du Japon et le retour du légen

Message par Admin le Lun 16 Jan - 8:40

http://www.wikistrike.com/article-e-67610507.html
Le monument de Yonaguni (与那国島海底地形/遺跡, Yonaguni-jima kaitei chikei/iseki?, littéralement « relief/vestige sous-marin de Yonaguni-jima ») est découvert lors d’un repérage en 1985 par un tour opérateur en plongée sous-marine, Kihachiro Aratake dans les eaux claires de Arakawa Point, à la pointe sud de l’île Yonaguni dans l'archipel japonais Ryūkyū. Cette énorme structure de pierre qui semble être mégalithique est pourvue d’immenses terrasses interrompues par de très grandes marches angulaires et de très grandes parois à l’apparence lisse. La structure mesure plus ou moins 75 mètres de long et 25 mètres de haut. Il faudra au moins dix ans pour que les médias relatent la découverte.




I. Ruines dans l’océan

Remettre en cause le point de vue sur l’histoire humaine.

Des études montrent que les scientifiques estiment actuellement que la terre est née il y a 4.6 milliards d’années. Les primates préhominiens ne sont pas apparus avant l’ère du Pléistocène, au Quaternaire du Cenozoique, c’est à dire l’Age Glaciaire, il y a environ 1.8 millions d’années. Si l’on se base sur l’étude des fossiles, quelques scientifiques pensent que les activités sociales et la culture n’ont pas émergé avant l’Holocène, il y a prés de 12000 ans, durant le déclin et la fin du dernier âge glaciaire. Donc, durant les 7000 années suivantes, ces cultures n’auraient apparemment pas évolué davantage et seraient demeurées à l’Age de Pierre. Des traces d’écrits et de symboles sont apparus pour la première fois il y a prés de 5000 ans. On se réfère à l’ère précédant cette époque comme à la période préhistorique.

Pourtant, au grand étonnement des scientifiques, de plus en plus de reliques préhistoriques découvertes au fond des océans remettent en cause ce point de vue. Les architectes de ces vestiges sous marins avaient non seulement des connaissances architecturales et artistiques ingénieuses, mais montraient aussi des signes de civilisation avancée. De plus, ils avaient leur propre forme d’écriture et étaient capables de construire des structures pyramidales. La technologie actuelle indique que cette région était sous le niveau de la mer depuis 10,000 ans ou plus. Il est ainsi manifeste que cette civilisation avancée a existé pendant la période préhistorique, longtemps avant la Période Néolithique. Pour des raisons inconnues, ces civilisations ont disparu et n’ont laissé derrière elles, sous la mer, que quelques vestiges de ce qu’elles furent un jour. Voici certaines preuves de leur existence


Une ville immergée sous l’océan - Des ruines aux alentours de l'’Ile Yonaguni au Japon

À la pointe sud de l’Ile Yonaguni dans les Iles Ryukyu, il y a approximativement un demi-siècle, des plongeurs ont trouvé des ruines de constructions artisanales dans l’océan. Le site comprenait une structure de forme carrée couverte de corail, une plate-forme géante avec des bords et des coins, ainsi que des rues, des escaliers, et une construction en voûte. On pourrait dire que les ruines ressemblaient à un autel dans la vieille ville. Cela couvrait prés de 200 mètres d’ouest en est, et prés de 140 mètres du nord au sud. Son point le plus haut s’élevait à prés de 26 mètres.


(Gauche) Ruines architecturales : Une échelle à angle droit au fond de l’océan de l’Ile Yonaguni dans les Iles Ryukyu- Image gracieusement prêtée par le professeur Masaaki Kimura (Droite) Une plate-forme géante avec des escaliers dans les ruines sous marines de L'île Yonaguni- Image gracieusement prêtée par le professeur Masaaki Kimura

En 1986, des plongeurs locaux ont nommé cette cité sous-marine " Aire de Plongée des Ruines Sous-marines " Cela a fait beaucoup de bruit au moment où les médias l’ont rapporté. Peu de temps après cette découverte, l’Université de Ryukyu a créé une " Equipe d’Exploration d’Archéologie Sous- marine " (UAET), et s'est embarquée dans un projet de recherche de huit ans. Sous la mer au sud-est des Iles Shihuan et dans les régions alentours, bien d’autres ruines ont été découvertes, y compris une construction faite de pierres, une structure ressemblant à une grotte entourée de piliers, une statue de tête humaine, une voûte, et des statues géométriques de tortues. La découverte la plus surprenante étant les "Hiéroglyphes " gravés dans un mur de pierre et laissés par une civilisation ancienne laissant supposer qu’il s’agissait d’une culture humaine très avancée.

Vu d'en haut, il y a des rues et des terres arables entourant les ruines. La ruine la plus grande était de 100 mètres de long, et de 25 mètres de haut, et était construite avec des rochers géants. D’après le UAET de l’Université de Ryukyu, un modèle produit par ordinateur a montré que l’endroit aurait été l’autel d’un temple ou les anciens se rassemblaient et tenaient des cérémonies cultuelles. Il y avait deux grottes entourées à moitié de piliers au nord du temple. Les archéologues pensent qu’elles pourraient être un endroit où l'on se baignait avant une cérémonie. Il y avait une porte voûtée à l’est du temple avec deux rochers géants se chevauchant l’un l’autre. Le haut montrait des trous rectangulaires faits par l’homme dans les rochers. Les rochers auraient été façonnés par des machines et utilisés comme pierres angulaires de la ville.

De plus, sous l’océan, aux alentours de la très connue " Lishenyan" du sud- est de L’Ile Yunaguni, une statue de tête humaine de plusieurs pieds de haut a été découverte. Les caractéristiques faciales peuvent être clairement discernées. Plus tard, prés de la statue de tête humaine géante, des groupes de hiéroglyphes ont été découverts. Ceci indique que les constructeurs des ruines sous-marines appartenaient à une civilisation hautement avancée.

(Gauche) Statue de tête humaine, haute de plusieurs pieds, au sud-est de L’Ile Yonaguni.- Image gracieusement prêtée par le professeur Masaaki Kimura (Droite) Groupes de hiéroglyphes découverts dans les ruines sous-marines- Image gracieusement prêtée par le professeur Masaaki Kimura.

Le professeur Masaaki Kimura est professeur de géologie à l’Université de Ryukyu. Il a déclaré lors d’une interview en septembre 1999 que l’on pouvait clairement voir qu'il s'agissait de constructions faites par l’homme. Il y avait des rues, des escaliers à angle droit avec des trous ronds dans le rocher apparemment prévus pour l’insertion de piliers de pierre, etc. La découverte de la statue de tête humaine et des hiéroglyphes était particulièrement convaincante compte tenu que les ruines au sud de L'île Yonaguni tirent leur origine d’une civilisation préhistorique.


Incroyables pyramides

D'importantes découvertes ont également été faites à l’Ouest de l’île. En 1990, des plongeurs ont découvert une pyramide géante faite de rochers. Cette pyramide était de 183 mètres de largeur, et de 27.43 mètres de hauteur ; Elle était construite avec des rochers rectangulaires, et avait 5 niveaux. Il y avait aussi plusieurs petites constructions tout prés ressemblant à la pyramide géante. De telles mini pyramides se composaient de couches de pierre, avec des largeurs de prés de 10 mètres et une hauteur de prés de 2 mètres

Les géologues de l’Université de Ryukyu, impliqués dans cette étude ont conclu qu'il s'agissait de constructions faites par l’homme, et qu'elles n’avaient pas une origine naturelle. Autrement, il y aurait un tas de pierres du à l’érosion, mais pas une seule pierre n’a été trouvée. De plus, il y avait des vestiges ressemblant à des rues entourant la pyramide, ce qui indique aussi que ce n’était pas un résultat naturel. Des plongeurs géologues de l’Université de Boston aux États Unis ont découvert que les escaliers géants étaient construits avec des séries de couches de rochers d’un mètre de haut, qui ressemblaient à des pyramides avec des escaliers. Bien que l’on puisse émettre l’hypothèse qu’une telle structure ait été formée par des rochers brisés par l’érosion de l’eau, des éléments d’escaliers aussi bien taillés, résultant d’un processus naturel, n’ont jamais été trouvés. Les archéologues de l’Université de Londres pensent que les constructeurs devaient être au moins au niveau des anciennes civilisations telles que celles de la Mésopotamie et de la Rivière Indienne

Selon un professeur de géologie de l’Université de Tokyo, la région a du sombrer il y a prés de 10.000 ans, c’est à dire, lors de la dernière période glaciaire. Cependant, d’après les compréhensions scientifiques modernes, les êtres humains étaient encore primitifs, tuant les animaux pour manger. Il est improbable qu’ils aient été capables de construire de telles structures ressemblant à des pyramides. Quelques personnes pensent que ce serait le fait d’une culture inconnue. On pourrait se demander si une telle civilisation avancée et prospère a réellement existé autrefois. Ces ruines sous-marines n'existent qu'au Japon ? La réponse est non.


Le curieux mur de l’ancienne ville aous marine de Hujing à Penghu, Taiwan

Selon les rapports d’anciennes Archives du Conté de Penghu : "Si l’on regarde de très haut au-dessus de Hujing, on peut voir une longue ligne de remparts sous la mer. On l’appelle habituellement le " La profonde piscine de Hujing." En 1982, des plongeurs professionnels ont trouvé l’emplacement précis de la ville engloutie de Hujing.

L’ancien mur était en forme de croix. Les mesures au compas montrent qu’il indique avec exactitude les directions nord-sud et ouest-est à angle droit. Le mur fut principalement construit en pierre de basalte et était recouvert d’algues. Il avait environ 160 mètres d’ouest en est, et environ 180 mètres du nord au sud. Il est épais d’environ 1.5 mètres dans sa partie supérieure et d’environ 2.5 mètres dans sa partie inférieure. Certaines parties sont inégales à cause de l’érosion, cependant les interfaces entre les pierres sont très serrées. Au nord, il y a une construction ronde en forme d’assiette. Le diamètre du mur extérieur est de prés de 20 mètres, avec un mur intérieur de prés de 15 mètres.

Quelques personnes pensèrent alors que la cité engloutie était en réalité une extension de Huljing s’enfonçant dans la mer. Cependant, les recherches des géologues indiquèrent que si le mur était formé de rochers naturels, il aurait été intact et d’une seule pièce. D’un autre coté, s’il était de la main de l’homme, il devrait avoir des parties distinctes. De plus, si le mur est très long et droit, il est très probablement construit par l’homme. Spécifiquement , les pierres sont toutes de tailles similaires, avec des angles droits, et un enduit entre les pierres. De même, les endroits creux sur le mur étaient en forme de croix, avec des interfaces plates et lisses. Ceci correspond totalement aux standards de construction d’aujourd’hui.

Graham Hancock est un écrivain anglais reconnu dans le monde entier pour ses ouvrages(Les Empreintes des Dieux) . En août 2001, lui et sa femme ont rejoint des chercheurs chinois et japonais pour explorer cette région. Il a expliqué que les pierres de la cité sous-marine engloutie sont clairement différentes des structures de pierres naturelles, en faisant plus probablement une construction d’origine humaine. Il a dit avec assurance : " La nature ne fabrique pas de telles structures, contrairement aux structures faites par l’homme ou une grande attention est donnée à de tels détails. " Apparemment, les pierres de la cité sous-marine engloutie de Hujing sont positionnées exactement du nord au sud, et de l’ouest à l’est. Ces pierres ont aussi des surfaces plates et lisses ; Elles sont alignées de façon si serrée que seul un fin couteau peut s’infiltrer entre les joints. L’opinion de Hancock est que ceci vient de la main de l’homme et ne peut pas être un produit naturel.

Hancock a aussi dit qu'il y a actuellement un modèle établi dominant dans la société humaine.Cependant, ce modèle dominant échoue à expliquer les découvertes archéologiques récentes. Les structures actuelles et les structures préhistoriques sont elles connectées d’une façon ou d’une autre ? En fait, l’histoire actuelle ne réussit pas à expliquer les anciennes civilisations. Ce sont des indices qui nous parlent d’elles. En d’autres termes, il est très probable que ces découvertes, telles que la ville sous-marine Hujing et d’autres similaires, contiennent les preuves cachées de civilisations humaines passées.

Ruines dans le Triangle des Bermudes et structures sous-marines dans les Bahamas.

En 1958, quelques scientifiques américains ont découvert d’étranges structures durant leurs études sous-marines dans les eaux entourant les Iles Bahamas. Ces constructions constituent des motifs géométriques spécifiques, s’étendant en ligne droite sur plusieurs miles. Dix ans plus tard, des murs de pierre géants, 400-500 pieds de long, ont été trouvés tous prés. Les extensions formaient un angle droit exact avec le mur principal. Le mur était composé de rochers géants de plus de 30 centimètres carrés. Plus tard, des plateformes plus complexes, des routes, des ports, des ponts, et autres ont été identifiés. Les ruines entières étaient arrangées comme un port.

De plus, les scientifiques européens ont découvert, durant les recherches sous-marines dans le Triangle des Bermudes, une pyramide géante auparavant inconnue. La pyramide était de 300 mètres de coté, et 200 mètres de hauteur. Il y avait deux trous géants dans la pyramide, qui étaient de toute évidence de facture humaine. L’eau de mer se ruait à l’intérieur de ces deux trous, créant un tourbillon géant et un vortex tout prés. Cela rendait aussi la surface de l’eau trouble. Il est difficile d’estimer quand cette pyramide a été construite. C’était il y a plus de dizaines de milliers d’années lorsque la terre s’enfonça dans la mer.


L’existence de civilisations préhistoriques

La terre n’était pas ainsi à ses débuts. Elle a connu un nombre incalculable de changements de croûtes, de volcans, d’inondations, d’ères glaciaires, et ainsi de suite. La terre telle qu’elle apparaît aujourd’hui a expérimenté une myriade de changements. Considérons l’ "Ancienne Terre Prés de l’Eau "comme un exemple. Cet endroit est profond de 2600 mètres, et à seulement 90 kilomètres du Golfe du Japon. Cependant, il y a 67-25 millions d’années, elle s'élevait au-dessus de l’Océan Pacifique, à quelque 120 kilomètres à l’est des Iles du Japon. Donc, il n’est pas difficile d’imaginer que si une civilisation a existé pendant la période préhistorique, des catastrophes naturelles et des ré alignements géographiques aient pu changer le paysage,et que seulement quelques vestiges aient pu être préservés sous la mer.


La légendaire civilisation de Mu

A la fin du 19eme siècle, le colonel anglais James Churchward était en service de garnison en Inde.Il eut la chance d’ obtenir l’inscription Naccal d’un prêtre d’un temple hindou. Elle était dans un langage très curieux. Après plusieurs essais, Churchward et un moine très connu déchiffrèrent l’histoire une grande civilisation préhistorique. En 1926, Churchward publia un livre, Le Dernier Continent au sujet de la civilisation de Mu.


L’emplacement du continent Mu

Selon l’inscription, le Continent Mu était localisé dans l’Océan Pacifique. Mu était une grande et prospère civilisation, qui avait une littérature avancée, des arts, des compétences habiles, et qui avait aussi développé des machines. Les gens à cette époque avaient de merveilleuses compétences dans les constructions et étaient capables de construire des constructions géantes, des pyramides, des monuments de pierre, des châteaux et des routes. On a dit que des routes de pierre soignées et ordonnées et des canaux ont été découverts dans la capitale et dans les toutes les autres grandes villes. Tous les murs brillaient et étaient décorés avec de l’or. Les gens vivaient une vie somptueuse. Les habitants du Continent Mu étaient de bons navigateurs marins. On a dit qu’ils avaient voyagé sur tous les océans. Ils avaient même développé un empire colonial puissant. A cette époque, le Continent Mu était considéré comme « le sommet de la culture mondiale.

Cependant, le prospère Continent Mu a disparu. On dit qu’il a été englouti sous les eaux après une catastrophe soudaine. La terrible tragédie a commencé avec une violente éruption volcanique, suivie par de violents tremblements de terre et des ouragans. Tout est arrivé en même temps. La lave volcanique a jailli, associée à de forts tremblements de terre. La terre a ondoyé comme des vagues et le feu ainsi que de la fumée épaisse a rempli le ciel. Tout s’est effondré comme un jeu de cubes, et a immédiatement été recouvert par la lave et l’eau de mer. Sans aucun avertissement, le Continent Mu tout entier a sombré dans l’Océan Pacifique.

Les gens peuvent penser que cette histoire est une légende. Cependant, vu sous un autre angle, nous pouvons voir la possibilité de l'existence d’une civilisation humaine.

Les reliques sous-marines fournissent des témoignages clairs de l’existence de civilisations préhistoriques. Cependant, il est difficile de trouver de telles découvertes dans les manuels. Les archéologues et les historiens modernes n’aiment pas remettre en cause les connaissances historiques existantes puisque ce serait incompatible avec les théories établies. Nous pensons toutefois que ce n'est qu’une question de temps pour qu'anthropologues et historiens changent leurs notions acquises et acceptent les vérités historiques.



Les doutes de la communauté scientifiques


À l'occasion de la sortie de son livre Heaven's Mirror, l'écrivain Graham Hancock invite le géologue Robert Schoch à venir donner son opinion quant à l'origine "naturelle" ou "humaine" de ces structures. Schoch accepte et arrive au Japon en septembre 1997, sponsorisé par l’homme d’affaires Yasuo Watanabe. Il revient l'année suivante en juillet-août comme membre du projet archéologique Team Atlantis. Selon lui, la structure est naturelle, un des arguments principaux étant qu'elle est en pierre "vive" et non formée de blocs assemblés. Néanmoins, il n'exclut pas la possibilité d'une structure naturelle retravaillée par l'homme. Il existe en effet des exemples de "modelage de site naturel" sur l'île.2

Après quinze années de recherches, le mystère de la structure de Yonaguni reste entier. Si elle a été modelée par l’homme, ce serait il y a 12 000 ans, quand cette zone était encore au-dessus du niveau de la mer, peu avant la fin de la glaciation de Würm. Pour ceux qui y voient une authentique construction, ce serait alors la plus ancienne du monde, prédatant de 7000 ans les pyramides de Gizeh, indication de l’existence d’une civilisation antérieure inconnue. Néanmoins, d'autres estiment qu'il s'agit d'un site naturel aménagé par l'homme, voire d'une structure entièrement naturelle. Ils rappellent qu’il y a sur notre planète beaucoup de formations naturelles rocheuses très curieuses. Le site de Yonaguni est d'ailleurs composé de grès, qui tend à se fracturer en ligne droite et s’érode facilement. Le Dr Koremasa Tsuji de l'Université de Guam pense que le responsable de ces formes est le mouvement tectonique des plaques dans la région.

e plongeur Jacques Mayol, qui a visité plusieurs structures sous-marines autour du monde, refuse la théorie selon laquelle le monument est un phénomène naturel. Il s'agit cependant là d'une opinion profane, Mayol n'ayant aucune qualification en archéologie ou en géologie.



Qui est le professeur Masaaki Kimura ?

Prof. Masaaki Kimura - Pyramides sous-marines de Yonaguni

Masaaki Kimura est un géologue japonais, professeur à l'université des îles Ryūkyū, au département des facultés de science, où il enseigne les sciences de la terre. Il est originaire de la ville de Yokohama dans la préfecture de Kanagawa. Il est diplômé de l'université de Tōkyō, département science. Il a un Ph.D. en géologie marine. Il a également étudié ou travaillé à l'Ocean Research Institute à l'université de Tokyo, au Geological Survey du Japon, à l'Agency of Industrial Science et à la Technology of the Ministry of International Trade & Industry au Japon, et à Lamont-Doherty Earth Observatory à la Columbia University. Il a commencé à enseigner à l'université de Ryukus en 1977.
Il est le pionnier de l'étude de la géologie marine japonaise. Il est également expert en séismologie. Kimura a prédit l'éruption volcanique sur l'île de Miyake en 1983, sur l'île d'Izu Ōshima en 1986 et sur le Mont Fugen (sommet du complexe volcanique du Mont Unzen) près de la ville de Shimabara (Kyūshū) en 1991. C'est en 1988 qu'il découvre, lors d'une expédition sous marine sur les côtes d'Okinawa, d'immenses vestiges s'apparentant selon lui au continent perdu de Mu, ainsi que des ossements de gros mammifères terrestres. Il continuera à étudier la relation entre les éruptions volcaniques et les tremblements de terre.

En 1992 il s'intéressa au monument de Yonaguni.

--------------------------------------



Interview du Pr. Massaki Kimura par le Morien Institute.

(Attention : Traduction automatique anglais-français)



La controverse qui a éclaté dans les milieux archéologiques dans le monde depuis la découverte d'une structure énigmatique, décrit par certains comme «pyramidale», à Iseki Point juste à côté de l'extrême sud de l'île japonaise de Yonaguni-jima, il ya 15 ans, s'annonce Pour obtenir encore plus chaud que les nouvelles en ressort que la soi-disant «Monument Yonaguni est juste un des nombreux sous-marins de structures mégalithiques en un« complexe »qui s'étend sur plusieurs centaines de miles au nord de Taiwan.



Comme le niveau de la mer a augmenté à la fin de la dernière période glaciaire, la terre sèche qui a été une fois entre la Chine continentale et le Japon a été inondé, et seulement dans les quelques dernières années a l'attention des scientifiques marines été attirée sur l'existence de « murs »,«-pyramidale structures gradins », et« objets insolites »qui ont été trouvés sous-marine dans la mer de Chine orientale.

Un homme au-dessus tous les autres a fait une étude de la «monument n ° 1» à Iseki Point au cours des 10 dernières années, et il est idéalement qualifiés pour commenter les découvertes - être un géologue marin. Son nom est professeur Masaaki Kimura, et à la fin de Juin 2002, l'Institut Morien a communiqué avec lui à l'Université de l', Okinawa, Japon Ryukyus. Au cours des quelques prochains mois, nous avons interviewé le professeur Kimura par e-mail, et les pages suivantes contiennent les questions et réponses qui s'est passé entre nous jusqu'à la mi-Octobre 2002.



L'interview est illustré par quelques-uns des Kimura photographies et des diagrammes professeur des découvertes qu'il a faites durant d'innombrables plongées au cours des 10 dernières années

Admin
futur prince

Nombre de messages : 363
Date d'inscription : 13/11/2005

http://lameutels.coolbb.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum